CSS3/jQuery Drop-down menu with tabs #7
Retour à l'accueil Des vidéos et photos exclusives dans mazleck Web Tv et Mazgalerie photos   |   Des vidéos et photos exclusives dans mazleck Web Tv et Mazgalerie photos   |   Des vidéos et photos exclusives dans mazleck Web Tv et Mazgalerie photos   |  
Document sans titre
 
 -  Il est 1:25 à Libreville
‘’Les conditions de vie sont inhumaines à la prison centrale de Libreville’’, Jean Remy Yama, ancien prisonnier d’opinions
‘’Les conditions de vie sont inhumaines à la prison centrale de Libreville’’, Jean Remy Yama, ancien prisonnier d’opinions
Jean Remy Yama
Posté le : 25-10-2016 | 0 Commentaires

Dans une interview accordée au site d’information, www.mazleck.com, le président des plates-formes syndicale et citoyenne, distinctement, Dynamique unitaire et Témoins actifs, déroule le serpentin de son interpellation dénoncée arbitraire, à sa détention à la prison centrale de Libreville, placée sur le même sceau de l’arbitraire. Jean Remy Yama délie sa langue !

MZ.COM : Bonjour Jean Remy Yama, pouvez-vous revenir sur les circonstances de votre interpellation le 9 juillet 2016 !

J.R.Y : Mon interpellation est intervenue au niveau de la zone dite : Rond-point de la démocratie, à Libreville, alors même que j’étais bien loin de la zone de troubles dans laquelle étaient organisées des actions de protestation contre le dépôt de dossier de candidature d’Ali Bongo à la présidentielle du 27 août dernier, pour défaut d’acte de naissance authentifié.

Alors que j’étais en communication téléphonique, j’ai été approché par des agents en civil, qui n’ont gentiment demandé de les suivre, pour vérifier que je n’étais pas en contact avec les auteurs des troubles en question ! Et sans me douter de rien, je me suis exécuté puisque ne me reprochant de rien. A ma grande surprise, je suis dans un premier temps conduit au commandement en chef des forces de police, avant d’échouer à la police judiciaire (PJ) où je suis soumis à un interrogatoire musclé, puis placé en garde à vue sans motif, pendant 4 jours.

Les 4 jours passés, je suis présenté à un juge d’instruction sous le prétexte de troubles à l’ordre public, ce qui est au passage, un grossier mensonge ! Une information judiciaire est aussitôt ouverte, et je suis ensuite placé sous mandat de dépôt avant mon transfert à la prison centrale de Libreville le 13 juillet vers 22 heures. Je souligne que ce même sort, avait été réservé aux 24 personnes victimes de rapt policier opéré ce jour de troubles aux relents politiques.

MZ.COM : Dans quel état d’esprit étiez-vous au moment de votre transfert à la prison centrale de Libreville ?

J.R.Y : Ecoutez, j’étais moralement prêt à toute éventualité, puisque je me savais dans le collimateur du pouvoir depuis plusieurs années. Pour la petite histoire, avant ce 9 juillet, j’avais déjà subi deux convocations musclées dans les postes de police pour des motifs fallacieux, en raison de mon engagement syndical et de mes prises de position de contre-pouvoir. La première c’était à la police judiciaire à Franceville, pour faux et usage de faux. La seconde, à la direction générale de recherches, DGR, à Libreville, pour détournement présumé de fonds. Et dans les deux cas de figure, aucune des plaintes n’a prospéré.

C’est vous dire que, moralement, j’étais chauffé à blanc !

MZ.COM : Dans quel quartier avez-vous séjourné ?

J.R.Y : J’étais détenu dans le quartier affecté aux fonctions d’Etat. C’est une cellule d’une capacité d’accueil de 9 personnes, et nous étions 7, au moment de mon arrivée. Il y a plusieurs autres quartiers surpeuplés, dont l’un appelé ‘’ la chine populaire’’. J’ai personnellement été choqué par la présence de malades mentaux en prison, plutôt qu’en psychiatrie, et de quartiers entiers consacrés aux malades de différentes pathologies, à l’instar du Sida et de la tuberculose. En outre, durant ma détention, il y a eu une suppression de biens d’actions sociales comme les visites de parents aux détenus et l’organisation de culte le dimanche. La réception des appels téléphoniques avait été rétablie quelques jours avant ma sortie !

MZ.COM : Vous avez touché du doigt l’état de mouroir sous lequel croupit cette maison d’arrêt ! Un cri de cœur ?

J.R.Y : J’exhorte vivement les pouvoirs publics, les organisations de défense des droits de l’Homme, et singulièrement le gouvernement via le ministre de la justice, à prendre des mesures urgentes, car les conditions de détention sous très inhumaines de ce côté. A mon départ, la prison centrale de Libreville comptait plus de 2 mille personnes, pour un cadre de détention construit pour seulement 400 personnes ! C’est invivable ! C’est explosif !

MZ.COM : Jean Remy Yama, le site d’information, www.mazleck.com, vous remercie !

J.R.Y : C’est moi qui vous remercie !

Copyright@www.mazleck.com

Octobre 2016



 
Document sans titre
:
0 Commentaires
 
 
Document sans titre   Le désespoir comble non seulement notre misère, mais notre faiblesse 
Vauvenargues
 
     

Document sans titre

     

Document sans titre

 
     

 
     

Document sans titre
28-02-2012 : Votre avis sur la nomination de Raymond NDONG SIMA à la primature! - 4 avis
12-07-2011 : Que pensez vous du FICA? - 1 avis
12-07-2011 : Arts et Foi: Pour quel intérêt? - 0 avis
PLUS DE SUJETS

 
     
Entrez votre email et soyez informé chaque jour de nos nouvelles informations.

 

 
   
Document sans titre
 
   
Document sans titre   Ali BONGO    PSD    Daniel COUSIN    Lionel MESSI    Fang    Pierre MBIGOU    PDG    CAN 2012    Gabao    Sylvia BONGO    Afrique    Libreville    Les panthères    Gabon    Politique    Football    Election    Guinée Equatoriale    Economie 
 
 

 
L'actualité
TOUTE L'ACTUALITE
SPORT
RELIGION
AGENDA

Nous ?
QUI SOMMES-NOUS ?
NOS PARTENAIRES
Le Grand Invité
LE GRAND INVITE

Photos
PHOTOS REPORTAGES
GALERIE PHOTOS
Le Forum
TOUS LES THEMES
POSTER UN THEME

Web TV
NOS VIDEOS

FACEBOOK mazleck.com
@MAZLECK Sur TWITTER
Flux RSS
 
Copyright © 2009 - 2018 - mazleck.com, Le Pool de l'Actualité sur le Gabon, l'Afrique et le reste du Monde !
mazleckinfogabon@gmail.com| +241 06 88 22 74
 dddd;Site réalisé par D&C VIRTUEL requete invalide supp ip